Résumé : « Raphaël a passé des années en prison pour vols à main armée puis pour récidive. Pendant son absence, sa mère est morte de chagrin tandis que son jeune frère William prenait le même chemin que lui. Raphaël, à sa libération, entraîne celui-ci dans leur premier braquage en commun, une bijouterie de la place Vendôme, avec la complicité d’un jeune couple. L’affaire tourne mal, un policier et une passante sont tués, et William est grièvement blessé. Leur cavale devient pour Raphaël une véritable course contre la montre : il faut sauver son frère. Les quatre fuyards atterrissent à quelques heures de Paris, et trouvent le numéro d’une vétérinaire, Sandra, qu’ils prennent en otage chez elle, dans sa ferme isolée, et forcent à soigner William. Sa vie contre celle du braqueur. C’est dans cet état d’esprit que Sandra doit opérer dans son salon, sans trembler, elle qui n’est pas chirurgienne. Mais les jours passent et William n’est toujours pas en état de reprendre la route. Et lorsque le mari de Sandra prévient sa femme de son retour, tous attendent. Les uns de le prendre également en otage et Sandra d’être sauvée… ou peut-être autre chose… Car ce que Raphaël ignore, c’est qu’ils sont dans la demeure du diable. Ce que Raphaël ne sait pas, c’est qu’ils sont dans la maison d’un psychopathe de la pire espèce, qui vient de ramener, à l’arrière de son camion, deux adolescentes enlevées à la sortie de leur collège. De prédateurs, ils vont devenir des proies à la merci d’un monstre sans pitié… »

Voilà quelques temps que j'ai lu ce livre mais il m'a fallu un moment pour le "digérer"...

J'aime beaucoup Karine Giebel et son précédent ouvrage « Meurtres pour rédemption »  m’avait scotchée ! Avec «Purgatoire des innocents » elle signe de nouveau un ouvrage noir à souhait, dérangeant et violent peut être trop à mon goût…. D’ailleurs à un moment, j’ai trouvé que c’était trop de violence, de torture, j’étais trop sonnée… J’ai pris sur moi pour le terminer tellement certains passages étaient éprouvants… C’est une lecture qui ne cesse de monter en puissance jusqu’aux dernières lignes… Ne vous attendez à aucune happy end, il n’y en a jamais dans ses romans….

Karine Giebel excelle dans l’art d’explorer les tréfonds de l’âme humaine, le côté très très obscur de l’Homme…Des phrases courtes, un style d’une remarquable fluidité, une maitrise totale de la psychologie de tous ses personnages, sans cesse des retournements de situations qui savent nous tenir en haleine, elle malmène et captive ses personnages comme son lecteur qui se demande jusqu’où elle va le mener….

Âmes sensibles abstenez vous…

Karine Giebel