Dans ce post, je vais vous parler brièvement des 3 romans de la rentrée littéraire que je n'ai pas achevé.

Parquet_flottant

J'avoue avoir arrêté ma lecture très rapidement et peut-être trop raprapidement pour l'apprécier...qui sait? Je n'ai pas lu assez pour connaître l'intrigue du roman, bon en tout cas l'histoire avait à voir avec la justice....et c'est d'ailleurs le côté didactique du début du récit qui m'a fait abandonner, trop de définitions juridiques, trop de termes qui m'ont vite rendu cette lecture indigeste, au point que je lisais sans comprendre ce que je lisais....c'est un peu dommage, non?

Personne


4ème de couverture:"Je ne sais pas quand je me suis dit pour la première fois «mon père est fou», quand j'ai adopté ce mot de folie, ce mot emphatique, vague, inquiétant et légèrement exaltant, qui ne nommait rien, en fait, rien d'autre que mon angoisse, cette terreur infantile, cette panique où je basculais avec lui et que toute ma vie d'adulte s'employait à recouvrir, un appel de lui et tout cela, le jardin, le soir d'été, la mer proche, volait en éclats, me laissant seule avec lui dans ce monde morcelé et muet qui était peut-être le réel même.[...]
Ce roman ne m'a pas touché, les chapitres successifs sans lien, si ce n'est ce père, m'ont laissé perplexe. J'ai besoin de savoir très vite où veut en venir l'auteur et là je n'ai pas compris.

Le_ciel_de_Bay_City

4ème de couverture:"LE CIEL DE BAY CITY. Dans cette ville du Michigan où elle est née, entre supermarché, autoroute et lycée, tout destine Amy à l'adolescence sans histoire d'une jeune Américaine type. Tel est bien le souhait de sa mère, juive polonaise venue sur ce continent tout neuf pour tenter de fuir le passé familial. Mais dans la maison de tôle de Veronica Lane, les fantômes ne se laissent pas oublier. Les nuits d'Amy sont hantées par d'horribles cauchemars, où ressurgissent étrangement les suppliciés de la Deuxième Guerre mondiale, comme aussi le visage de sa soeur aînée morte à la naissance. Ses jours eux sont habités par de sourdes obsessions, qui peu à peu se matérialisent dans une course contre la montre pour échapper à la malédiction familiale, dont le ciel toxique de Bay City se fait l'écho. Le roman détaille les jours cruciaux de 1979, pendant lesquels le destin de la narratrice va basculer : le 4 juillet, fête de l'Indépendance et jour de ses dix-huit ans, la maison de tôle prend feu. La famille entière part en fumée, dans un saisissant retour de l'histoire, laissant Amy face à son présent. Tout l'enjeu de ce livre puissant et inspiré est bien dans la volonté désespérée de son héroïne d'en finir avec le passé. Devenue pilote de ligne pour échapper enfin à la poussière et à la cendre, elle n'aura de cesse d'interroger le ciel serein et indifférent... [...]"
J'avais très envie de lire ce roman et très envie de l'aimer, mais malheureusement j'ai arrêté ma lecture assez rapidement car j'ai eu l'impression  que l'histoire allait trourner en rond...

Un constat s'impose, sur les 659 romans de la rentrée littéraire il est parfois difficile de tomber tout de suite sur des coups de coeur!!!