Bella Ciao Eric Holder éd. du Seuil

31OaQwt6AWL

4ème de couverture: "Myléna en avait assez. Je n'ai pas attendu qu'elle me largue, c'est moi qui suis parti. Au bord de l'océan, pour en finir. Quand j'ai repris pied sur le rivage, j'étais dessoûlé, nu comme une bête et ne possédais plus rien. Passé un rideau de pins, on voyait des vignes. J'y ai trouvé un emploi d'ouvrier agricole. Franck ne m'a pas épargné, avec lui on ne prend guère de gants. Les mains deviennent comme des pelotes d'aiguilles. J'ai continué à boire. J'ai appris cependant à travailler sans relever la tête. Est-ce ainsi que les hommes vivent ? Oui, s'il y a un espoir au bout. Le mien était de regarder mes enfants en face. Et de reconquérir ma belle."

C'est la première fois que je lis un roman d'Eric Holder. C'est un roman que j'ai apprécié même si il ne fera pas partie de mes coups de coeur 2009. Le personnage principal, la cinquantaine, écrivain qui n'a rien publié depuis longtemps se réfugie dans l'alccol...sa renaissance se fera par le métier manuel, par le métier qui fatigue, celui qui vous vide la tête à la fin de la journée. L'écriture est sobre, efficace, fluide, concise...donc une lecture aisée. Un beau portrait d'homme "brisé".