La_l_gende_de_nos_p_res

4ème de couverture:"Après avoir été journaliste à la Voix du Nord, Marcel Frémaux est devenu biographe familial. " Toute vie mérite d'être racontée ", disent ses publicités, et c'est pour cela que ses clients se confient à lui. Il les écoute, met en forme leurs souvenirs, les rédige puis fait imprimer un livre destiné aux amis ou au cercle familial. Un matin, Lupuline Beuzaboc se présente au biographe. Tescelin, le père de Lupuline, ancien cheminot du Nord de la France, était un Résistant, un partisan de l'Armée des ombres. Dédaigneux des hommages, il n'a raconté sa bravoure qu'à sa fille. Alors, pour ses 85 ans, Lupuline veut offrir à son père les mémoires de son combat. Elle veut ramener son passé glorieux en pleine lumière. Le vieil homme est réticent. Embarrassé. En colère même de tout ce tapage. Et puis il accepte. Marcel Frémaux va s'atteler à cet ouvrage avec passion. Pierre Frémaux, son père, fut un Résistant. Comme le vieux Beuzaboc, un partisan de l'Armée des ombres, silencieux et dédaigneux des hommages. Mais son père n'a jamais rien raconté. Et il est mort, laissant son fils sans empreinte de lui. En écoutant Beuzaboc, c'est son père que le biographe veut entendre. En retraçant sa route, il espère enfin croiser son chemin. Mais rien ne se passe comme il le pensait. Et plus Beuzaboc raconte, plus le doute s'installe. C'est par une poignée de mains, que le biographe et le vieil homme avaient scellé leur pacte de mémoire. Ensemble, ils franchiront les portes de l'enfer."

Sorj Chalandon, 55 ans, a été journaliste à Libération. Il a couvert des événements comme la guerre du Liban, le Tchad, le drame de Bhopal, la Somalie, l'Afghanistan, la guerre Iran-Irak ou la guerre du Golfe, mais aussi les faits de notre quotidien. Ses reportages sur l'Irlande du Nord et le procès Klaus Barbie lui ont valu le prix Albert Londres en 1988. Il a publié Le petit Bonzi (2005), Une promesse (2006, Prix Médicis) et Mon Traître (2008) .

Encore une découverte d'un auteur dans cette rentrée littéraire 2009. Et encore une fois un roman qui traite de la 2nde Guerre Mondiale. Je devrais même recenser tous les livres qui traitent de cette période de loin ou de près. Enfin bref!
Il s'agit d'un roman assez intéressant, sur la mémoire... En temps de paix, on se dit toujours que pendant une guerre, on aurait été du bon côté et plus encore du côté de ceux qui agissent. A la libération, la France, bizarrement, ne comptait que des résistants, des héros... Quand Frémeaux se rend compte que Beuzaboc ne lui dit pas la vérité, le lecteur se demande ce qu'il cache et pourquoi il ment. Pendant toute cette lecture je n'ai pu m'empêcher de penser à l'histoire de l'auteur de Survivre avec les loups, qu'est ce qui pousse quelqu'un à mentir toute sa vie? Je crois que Beuzaboc n'a menti que pour faire briller les yeux de sa petite fille lorsqu'il lui racontait des histoires pendant son enfance....et qu'après il n'a pas voulu la décevoir. C'est juste la vie d'un homme déçu de ne pas avoir combattu courageusement. L'écriture est assez sobre, encore une fois, la lecture de ce roman est donc aisée.
Une lecture agréable mais sans plus....le coup de coeur n'est toujours pas là!!!!!!!!!!!